critikju

Just another WordPress.com site

Archive for the ‘Cinéma – Sorties 2000’ Category

« Way of the Gun » de Christopher McQuarrie (2000)

with one comment

the way of the gun 02Une première œuvre, parfois bancale, souvent brillante, où Christopher McQuarrie s’affirme en tant que cinéaste.

Quand il réalise « Way of the Gun » en l’an 2000, Christopher McQuarrie a 32 ans. Jusqu’alors, il ne s’est jamais retrouvé derrière une caméra. Sa carrière dans le cinéma, il l’a commencée en tant que scénariste pour son ami Bryan Singer au début des années 90. Après « Ennemi Public » (1993) qui, malgré des critiques positives, ne rencontre pas un grand succès, le duo accouche d’ « Usual Suspects » en 1995. C’est la consécration, le film caracolant en tête du box office mondial, raflant de multiples prix (dont l’Oscar du meilleur scénario original pour McQuarrie), devenant par la suite un classique du polar américain. Désireux de s’orienter vers la mise en scène, McQuarrie mettra pourtant près de cinq ans avant de se lancer dans un projet personnel. Ce sera donc ce « Way of the Gun », film noir teinté de western, où planent les fantômes de John Huston et de Sam Peckinpah.

Ce qui frappe lors des premières scènes de l’œuvre, c’est la sobriété dont fait preuve McQuarrie dans la mise en image de son récit. Le plus souvent, pour prouver sa compétence, un jeune réalisateur a plutôt tendance à étaler sa virtuosité, prenant le risque de se mettre en avant au détriment de son film. C’est pourtant la méthode inverse qu’adopte ici McQuarrie, privilégiant avant tout la fluidité et l’efficacité à une quelconque démonstration de force. Les cadrages sont sobres, les travellings doux, bien que l’ensemble ne manque pas de classe. Concernant son intrigue (une histoire très classique de kidnapping qui tourne mal), McQuarrie prend son temps, s’attardant sur chaque personnage, éclaircissant leurs enjeux sans pour autant trop en dire. Là encore, en tant qu’ancien scénariste, McQuarrie surprend. Plutôt que de souligner la situation de chacun par le dialogue, il préfère laisser parler ses images, permettant aux interprètes de construire leurs personnages par la gestuelle ou le regard (en exemple, on peut citer l’étonnante manière dont sont révélées les pulsions suicidaires d’un personnage, via un simple plan fixe). Seul le prologue, à la voix off explicative et ironique, tranche étrangement avec une première heure très sobre, où le langage visuel prédomine.

The Way of the Gun 01

James Caan & Benicio Del Toro – Rendez-vous avec la mort

Cette première partie, lente et avare en scènes chocs, pourra en rebuter certains. Cependant, le film prend une toute autre tournure au cours de sa deuxième heure, le réalisateur orchestrant de diaboliques retournements de situation, accélérant considérablement le rythme de son récit et ajustant sa mise en scène en conséquence. Faisant preuve d’une gestion de l’espace absolument exceptionnelle, McQuarrie prouve alors qu’il a tout d’un très grand réalisateur, se montrant capable de faire évoluer ses personnages dans des séquences d’action absolument dantesques. Scène au sniper, gunfight et affrontements crépusculaires, la retenue du début laisse progressivement sa place à un déferlement de violence, évoquant les westerns désenchantés des années 70 (sensation renforcée par le fait que la scène finale, d’une rare brutalité, se situe dans une hacienda mexicaine). McQuarrie n’abandonne pas pour autant ses enjeux initiaux, ces derniers se développant au cœur même de l’action, au rythme des épreuves imposées aux personnages. L’issue du récit, tragique mais non dénuée d’espoir, finit de mettre le spectateur sur les rotules.

Malgré de réels défauts, notamment une trop grande attention portée à des personnages secondaires, ayant pour effet d’hacher un récit qui aurait gagné a être plus resserré, « Way of the Gun » reste un film hautement recommandable. Soutenue par un casting d’exception (Benicio Del Toro, James Caan, Juliette Lewis, …), cette première œuvre hermétique à toutes les modes révèle un cinéaste de grand talent, humble et prudent, qui attendra 12 années supplémentaires avant de réaliser son second film.

« Way of the Gun  » – réalisé par Christopher McQuarrie – avec Benicio Del Toro, Ryan Phillippe, James Caan – sortie le 6 décembre 2000

Publicités

Written by critikju

août 11, 2015 at 8:50