critikju

Just another WordPress.com site

« Le Territoire des Loups » de Joe Carnahan (2012)

leave a comment »

Un survival existentiel et nihiliste qui vous hantera longtemps après sa vision. Exceptionnel.

Quelques plans sur une nature aussi belle que sauvage, une voix off à la tonalité désespérée, un Liam Neeson fatigué portant une arme sur ses épaules, un suicide avorté… Ainsi débute « Le Territoire des Loups » (« The Grey » en version originale), nouveau film de l’injustement méconnu Joe Carnahan, à qui l’on doit l’un des meilleurs polars des années 2000 (« Narc »), le faussement fun « Mise à Prix » (2006) et le très hollywoodien « L’Agence tout risques » (2010). « Le Territoire des Loups » est un film rare. Une oeuvre que l’on pourrait croire codifiée de prime abord, mais qui prend des chemins de traverse pour mieux questionner notre rapport à la vie, dans ce qu’il a de plus tragique et de plus fataliste.

« Le Territoire des Loups », c’est d’abord un véritable survival, genre ô combien surexploité dans le cinéma d’horreur, dont l’objectif est de placer des personnages dans un environnement hostile, en proie à une menace quasi-surnaturelle, pour mieux emporter le spectateur dans une expérience viscérale, afin de lui faire prendre conscience de son animalité la plus enfouie. Après un prologue quasi-mystique, érigeant le personnage de Liam Neeson comme un être humain meurtri par la vie, le récit suit à la lettre le schéma classique du genre qu’il épouse. Suite à un crash aérien qui vous clouera sur votre siège (et c’est un euphémisme), une poignée d’ouvriers d’une compagnie pétrolière se retrouvent perdus dans les paysages enneigés de l’Alaska. Démunis, désespérés, bientôt traqués par une meute de loups les percevant comme des intrus, ils n’auront pas d’autre choix que d’essayer de survivre ou d’accepter la fatalité.

A partir de ce pitch simplissime, Carnahan embrasse son histoire avec une énergie rare, refusant le spectaculaire au profit d’une approche intimiste. Filmant ses personnages en plans rapprochés, il nous oblige à partager leurs douloureuses expériences, jusqu’à l’insoutenable. Minimisant les effets gores, privilégiant la suggestion, chaque attaque des loups n’est jamais gratuite, chaque décès est un véritable déchirement. Dans cette oeuvre foncièrement tragique, pas de place à la gaudriole ou au second degré. Si quelques scènes nous présentent les protagonistes tentant d’échapper à leur condition par l’humour, ces rares respirations ne sont qu’un leurre. Cinéaste intègre, Carnahan ne dévie jamais de son sujet et nous confronte avec rage à ce que nous cherchons tous à nier : la proximité de la mort, dans ce qu’elle a de plus injuste et de plus terrifiant. Ce vertige métaphysique, transcendé par une mise en scène parfaite, constitue la force du « Territoire des Loups ».

Techniquement, le film frôle la perfection. La réalisation sensorielle de Carnahan, la lumineuse photo de Mansanobu Takayanagi, la partition de Marc Streitenfeld, tout confine au sublime. Le casting est lui aussi irréprochable. Dans le rôle d’Ottway, Liam Neeson livre peut être la meilleure performance de sa carrière, à égalité avec son inoubliable interprétation d’Oskar Schindler. Habité par son personnage (avec lequel il entretient de tragiques similitudes avec sa vie personnelle), Neeson irradie le cadre par sa stature, son charisme et sa justesse hors du commun.

Liam Neeson – Promenons-nous dans le froid

On ose le dire : ce « Territoire des Loups » rivalise de tension et de profondeur avec l’extraordinaire « Predator » de John McTiernan (1987). Cela faisait des années que l’on n’avait pas vu un survival aussi jusqu’au-boutiste dans son déroulement, aussi puissant et touchant dans sa réflexion. Le voir sur grand écran relève de l’expérience cinématographique, tant son ambiance crépusculaire et sa mise en scène immersive nous plongent dans les tréfonds de l’âme humaine. On ressort de la projection exténué, bouleversé par ce spectacle sans concession, en proie aux mêmes questionnements existentiels que les personnages. Du grand, du très grand cinéma, qui prouve que les sujets les plus usités sont parfois les plus percutants, pour peu qu’ils soient traités avec respect et sincérité.

« Le Territoire des Loups » – réalisé par Joe Carnahan – avec Liam Neeson, Dallas Roberts, Frank Grillo – en salles depuis le 29 Février 2012

Publicités

Written by critikju

mars 4, 2012 à 2:05

Publié dans Cinéma - Sorties 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :