critikju

Just another WordPress.com site

« Au-delà » de Clint Eastwood (2011)

leave a comment »

Un naufrage total.

Il fallait bien que ça arrive. Après une série presque ininterrompue de chefs-d’oeuvre, il était statistiquement normal que Clint Eastwood nous livre un jour un film médiocre. Mais rien ne laissait présager d’une telle catastrophe. N’y allons pas par quatre chemins : « Au-delà » est un navet, indigne du talent du Maître.

Plutôt que de descendre sans sommation cette « œuvre », le respect que j’ai pour ce grand Monsieur me pousse à analyser les raisons d’un tel ratage. L’échec lui est-il totalement imputable ? La réponse est clairement non. La faute première revient à un scénario d’une nullité abyssale, pourtant signé par le très correct Peter Morgan, auteur notamment du script de « The Queen » (2006). L’idée d’un film choral, décrivant comment la mort affecte les existences de personnes diverses, était certes casse-gueule, mais aurait pu aboutir sur quelque chose de brillant. Encore fallait-il développer des personnages un minimum charismatiques, puis s’affairer à les confronter à des événements suffisamment intéressants pour captiver l’audience. Morgan échoue sur toute la ligne. Son travail fait preuve d’un tel renoncement qu’on ne peut que lui témoigner notre mépris le plus total. Que ce soit la journaliste française ayant survécu au tsunami de 2004, le médium américain dont la vie est plombée par son don ou l’enfant ayant perdu prématurément son frère jumeau, aucun des trois protagonistes ne bénéficie d’un traitement correct. Le semblant de réflexion qui les anime est au mieux sans intérêt, au pire ridicule. Enchaînant les clichés, l’intrigue ne se compose que d’une succession de banalités affligeantes. A ce titre, la réunion finale des trois héros, rendue possible par de scandaleux raccourcis scénaristiques, est tellement téléphonée que même les spectateurs les plus indulgents ne pourront que s’indigner d’être pris à ce point pour des buses. Quant à la grande réflexion attendue sur l’après-vie, on repassera : vous en apprendrez plus sur les NDE ou autres thèmes en rapport avec le sujet en consultant wikipedia.

Clint Eastwood & Cécile de France - Eternels regrets.

A partir d’une base aussi inepte, il était presque impossible de pondre un film correct. On peut alors s’interroger sur les motivations qui ont poussé Eastwood à accepter de s’embarquer dans une telle galère. Peut-être croyait-il avoir entre les mains suffisamment de matière pour exprimer ses interrogations sur la fin de sa propre vie ? Si c’est le cas, au vue du résultat, on peut affirmer avec beaucoup de complaisance que ses bonnes intentions ne se sont guère concrétisées. Si, aux détours de rares scènes (le tsunami et la mort de l’enfant), le grand homme arrive à faire naître un embryon d’émotion, il semble en roue libre la grande majorité du temps. Contraint de mettre en scène des situations d’une médiocrité constante, Clint se repose sur ses acquis, filmant ses personnages de manière statique comme dans le plus minable des téléfilms, sans oublier d’en rajouter dans le pathos avec sa traditionnelle ritournelle bluesy au piano, ici totalement hors sujet. Le spectateur se voit dés lors confronté à une succession de scènes d’un ridicule embarrassant. Entre un monologue crétin sur Mitterrand, une illustration des NDE torchée à Photoshop, un cours de cuisine érotico-con juste bon à exciter Maïté ou encore une visite mystique dans un institut de soins palliatifs suisse (?), rien ne lui sera épargné. Quant à la « direction » d’acteurs, je préfère éviter le sujet : les catastrophiques séquences françaises parleront d’elles-mêmes.

Lors de la séquence finale, à la symbolique d’une lourdeur affligeante, Eastwood tente de nous expliquer que les questionnements sur la mort ne doivent en aucun cas nous empêcher de vivre pleinement. La vie est belle, nous dit le grand Clint, savourez là. On est bien d’accord. Je vous invite à suivre son conseil : ne perdez pas deux heures de votre précieux temps en visionnant cette purge, sans aucun doute le pire film de son auteur.

« Au-delà » – réalisé par Clint Eastwood – avec Matt Damon, Cécile de France, George & Frankie McLaren, Bryce Dallas Howard – sorti le 19 janvier 2011

Publicités

Written by critikju

janvier 26, 2011 à 8:39

Publié dans Cinéma - Sorties 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :